28 juin 2013

Vivants, Isaac Marion


Quatrième de couverture :
R est un zombie. Il n'a pas de nom, pas de
souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans
les ruines d'une ville dévastée, R rencontre
Julie. Elle est vivante, palpitante. C'est un
jaillissement de couleurs dans un camaïeu
de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi,
R choisit de ne pas la tuer. C'est le début
d'une étrange relation, à la fois tendre et
dangereuse. Ce n'était jamais arrivé. R
bafoue les règles des Vivants et des Morts.
Il veut respirer de nouveau, il veut vivre,
et Julie va l'aider. Mais leur monde ne se
laissera pas transformer sans combattre.
 
Mon premier livre sur les zombies. J'aurai pu plus mal tomber !
Déjà premier point positif, la couverture. Sobre, intrigante : elle illustre bien l'histoire en fait.
R. est donc un zombie. Soit. Même si je ne m'y connais pas franchement en zombie, j’ai trouvé l'histoire originale et bien développée. J’ai particulièrement aimé la fin qui ne m’a pas laissé sur ma faim (jeu de mot hilarant !) pour une fois.
Les personnages sont attachants, bien que je trouve que l’auteur ne creuse pas assez la psychologie de Julie. J’aurai bien aimé en savoir plus sur elle. Et aussi avoir un peu plus d’explications sur la relation entre Perry et R qui est quand même assez exceptionnelle et capitale pour l’intrigue. Mais parlons de R tiens. D'emblée il est plutôt amusant, avec le contraste entre ses pensées (intéressantes d'ailleurs, pour un zombie) et son incapacité à les formuler. On sent bien son évolution à travers ses erreurs, ses errances, son questionnement… Les personnages secondaires sont surprenants et agréables, ils ajoutent un véritable plus à l’histoire, lui donnant une certaine profondeur. Coup de cœur pour le charmant M, au passage.
L’écriture est simple, fluide, les phrases courtes mais belles. On se laisse facilement emporter par l’histoire.
De plus Isaac Marion nous offre une jolie critique, certes un peu exagérée (mais si on y réfléchit pas tant que ça) de notre société de consommation, matérialiste et totalement inconsciente de ses actes. C’est un aspect du livre que j’ai particulièrement apprécié, cette vision d’une fin du monde dont nous serions les seuls responsables.
Même si je n’ai pas eu un coup de cœur magistral, j’ai passé un très bon moment de lecture. Je recommande donc ce livre aux amateurs de zombies mais aussi d’histoires d’amours.

"Nous sommes là, autant faire avec. Nous ne nous plaignons pas. Nous ne posons pas de questions. Nous vaquons à nos affaires. Il y a un gouffre entre moi et le monde qui m'entoure, tellement grand que mes sentiments sont incapables de le franchir. Le temps que mes cris atteignent l'autre bord, ils se sont transformés en grognements."

Je me remercie Livraddict et les éditions Bragelonne pour ce magnifique partenariat.

2 commentaires:

  1. C'est une très belle citation qui me pousse encore plus à me le procurer. Il va bientôt sortir en poche alors je me laisserai tenter =)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥