13 déc. 2015

Rosa Candida, Ava Audur Olafsdottir

« Ceux qui arrivent à entrer un court instant dans la vie des autres peuvent avoir plus d'importance que ceux qui y sont installés depuis des années. »


Quatrième de couverture :
Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s'en rendre compte les dernières paroles d'une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C'est là qu'Arnljótur aura aimé Anna, une amie d'un ami, un petit bout de nuit, et l'aura mise innocemment enceinte. En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d'Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.



Voilà encore un livre qui a trop longtemps attendu dans ma PàL ! Je me souviens l'avoir commandé sur un coup de tête, je ne sais pas pourquoi mais il me le fallait. Au final il m'aura plus d'un an pour le lire... 
Bref, je ne sais pas trop quoi dire sur ce roman. C'est sans conteste un bon roman mais il ne m'a pas marqué plus que ça. C'est sans doute dû à son atmosphère très particulière, pleine de mélancolie, feutrée, un peu cotonneuse... Vous savez le genre d'ambiance parfaite pour les longues soirées d'hiver.


Amateurs d'aventures et de rebondissements en tout genre passez votre chemin, dans ce livre il ne se passe pas grand chose et c'est peut être ça qui m'a gêné. On suit la lente évolution d'Arnljótur... mais sans vraiment être acteur de l'histoire. Je suis restée très détachée de ce personnage, je n'ai pas vraiment réussi à le cerner, à l'apprécier. C'est un homme... comment le décrire... apathique ? Distant du monde, il m'a semblé vivre totalement dans sa bulle, dans son univers, un peu à part, pas assez humain à mon goût. 
Et puis, la fin m'a aussi embêtée un peu... pour moi c'est une non-fin, en refermant le livre on attend une suite bien qu'apparemment il n'y en est pas ! (oui j'ai une sévère détestation des fins ouvertes, ce point est donc tout à fait subjectif)

Je voulais ajouter aussi que si dans le résumé l'éditeur parle de "road trip" à mon sens il s'agit bien plus d'un voyage initiatique, d'une découverte de soi. Le personnage comprend des choses sur lui-même mais lorsqu'il est arrivé à destination et pas vraiment alors qu'il est en chemin (surtout que son périple ne dure pas très longtemps). D'ailleurs, parfois, je n'ai pas compris où l'auteure voulait en venir : elle ouvre des portes, des thèmes mais ne rentre à fond dedans.

Bon tout de même un point positif : le style de l'auteure est remarquable, tout en longueurs mesurées, plein de finesse et de poésie.

J'ai l'impression d'avoir écrit une chronique bien plus négative que ce que je voulais ! Ce n'est pas rendre justice à ce roman, tout à fait agréable à lire et qui m'a fait passer un très bon moment de lecture. 
En bref, je vous conseille Rosa Candida si vous aimez l'Islande et la délicatesse, les non-dits et les romans lents, l'amour et les ambiances pluvieuses.

Un passage : « Je pourrais assurément me demander, tout comme elle, si je ne suis peut-être pas assez porté sur les femmes. Je peux bien tenir une femme dans mes bras pendant la moitié d’une nuit, mais je ne suis pas sûr de pouvoir la protéger contre ce qu’elle redoute. Les filles ont en général bien plus de choses à dire que moi, elles parlent de leur relation avec le grand-père dont elles étaient les chouchoutes, racontent qu’il leur a appris à jouer aux échecs et qu’il les emmenait au concert avant de tomber malade du cancer de la prostate. »
9,40 €
332 pages

6 commentaires:

  1. Personnellement, j'ai beaucoup beaucoup aimé ce roman, j'en ai d'ailleurs fait la critique sur mon blog : http://ladiesetmacarons.blogspot.com/2015/02/rosa-candida-audur-ava-olafsdottir.html

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu tous les livres de cette auteure, et je les ai tous beaucoup aimé. C'est vrai que c'est un livre assez étrange... Je comprends ton point de vue quant au personnage d'Arnlojtur. ;) Personnellement, Rosa Candida n'est pas mon préféré : il s'agit de L'embellie, si jamais tu as la curiosité de le lire.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu L'embellie de la même auteure, et comme toi je n'avais pas vraiment aimé, contrairement à Julie. Je ne pense pas non plus lire celui-là...

    RépondreSupprimer
  4. Comme Emilie et Julie j'ai lu L'Embellie que j'ai adoré et je pense que je lirai un jour Rosa Candida pour retrouver la plume si particulière de l'auteur

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais offert à mon papa voilà quelques temps, mais je ne sais pas s'il a apprécié en fait, on n'en a jamais reparlé ^^
    Moi je ne connais pas, mais je ne sais pas si je tenterai, ça ne m'attire pas !

    RépondreSupprimer
  6. Oh le résumé avait l'air prometteur, mais après avoir lu ta chronique, je ne pense pas que ce soit pour moi. Je déteste aussi les fins ouvertes et j'aime pouvoir m'attacher aux personnages :)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥